Produire des tissus humains grâce à l’impression 3D

0

Poietis est une jeune entreprise située à Pessac, près de Bordeaux, qui a mis au point une technologie plus que prometteuse permettant de créer des tissus humains grâce à l’impression 3D.

L’impression laser de la peau

2263. Un groupe d’extraterrestres nommés les Mondo-shawans reviens sur Terre afin rapporter quatre pierres représentant les quatre éléments de la vie. Malheureusement, leur vaisseau est détruit et les pierres disparaissent. Dans les décombres se trouve une main, à partir de laquelle les scientifiques parviennent à reconstituer Leeloo, qui n’est autre que le « Cinquième élément ».

Cette scène de reconstitution de tissus humains aura marqué toute une génération de cinéphiles et sûrement fait rêver quelques médecins. Ce rêve est peut-être en passe de devenir réalité puisqu’une jeune entreprise française a mis au point une technologie permettant d’ores et déjà de reproduire de la peau. « Il s’agit de marier les technologies d’impression 3D et la biologie cellulaire afin de fabriquer, couche par couche, des tissus biologiques » explique à l’AFP Fabien Guillemot, un ancien chercheur à l’Inserm (Institut national de santé et de recherche médicale) et fondateur de la start-up Poietis, en 2014.

Cela fait de cette jeune entreprise la seule au monde à «imprimer» de la matière vivante à l’aide de la lumière laser. « Le laser a plusieurs avantages. Il permet, par sa très haute définition, de reproduire toute la complexité des tissus, avec une précision très élevée. Il permet aussi d’assurer la viabilité des cellules à hauteur de 95 à 100% », explique l’entrepreneur.

A laboratory engineer recovers skin on a sample of living cells to a 3D cell print at the laboratory of biotechnology company Poietis in Pessac, southwestern France on January 22, 2016. In the southwestern French city of Pessac, near Bordeaux, the young company Poietis has developed a promising technology that reproduces skin: creating human tissue by using 3D laser printing. / AFP / GEORGES GOBET

De quelques cellules à un véritable tissu fonctionnel

« Grâce au laser, l’imprimante dépose des micro-gouttelettes contenant des cellules, couche par couche, selon un modèle prédéfini par ordinateur et inspiré de tissus existants », détaille Fabien Guillemot. Ces modèles numériques, entièrement mis au point par Poietis, permettent non seulement d’organiser les cellules au départ, mais également d’anticiper la façon dont elles vont interagir dans le temps« Avec une précision de l’ordre de 20 microns, soit autour de la taille maximum d’une cellule, le laser permet de guider l’auto-organisation des cellules » continue-t-il.

Poietis, qui compte actuellement une vingtaine de salariés (biologistes, ingénieurs en optique, informaticiens, etc.) utilise deux imprimantes mises au point avec l’Inserm et le laboratoire Alphanov, dépendant du Pôle de compétitivité bordelais dédié aux lasers. Elle travaille également à l’élaboration de son propre outil d’impression, qui devrait être opérationnel d’ici à deux ans.

Clément Kolodziejczak
Me suivre

Clément Kolodziejczak

Chargé de Marketing et Communication chez Groupe GENIOUS
Passionné par les jeux vidéo, la communication et les tendances liées aux médias et aux nouvelles technologies, je m'intéresse à l'apport des serious games dans les stratégies d'entreprise et le domaine de la santé.
Clément Kolodziejczak
Me suivre

Laisser un commentaire