Est-ce que l’Intelligence Artificielle nous aide à freiner le COVID-19 ?

2

Depuis la bascule mondiale en urgence sanitaire COVID-19, une augmentation notable d’applications de santé digitale et de recherche en santé a été observée. On recense toutes sortes d’appareils intelligents visant à détecter la moindre indication de contagion COVID ou bien d’autres solutions visant le curatif et le thérapeutique à travers la conception de nouveaux schémas et algorithmes de recherche pour mettre au point un traitement de cette maladie.

Grâce au traitement et à l’analyse des informations de tous les pays du monde incluant notamment les informations sur les itinéraires de vols commerciaux, l’Intelligence Artificielle a pu aider à prédire, non seulement l’existence d’une maladie potentiellement pandémique, mais aussi l’épicentre de la maladie, ses divers déplacements ainsi que sa trajectoire la plus immédiate.

Comment l’IA peut-elle jouer son rôle ?

L’utilisation de l’IA dans cette pandémie mondiale pourrait permettre d’établir un contrôle plus pertinent de la propagation du virus en :

  • participant activement au diagnostic de la maladie,
  • cartographiant toutes ses composantes et comprendre ses mutations et évolutions diverses,
  • aidant et/ou accélérant la phase de R&D pour mettre au point une solution thérapeutique,
  • Accélérant la phase de tests cliniques sur la population,
  • optimisant la diffusion du traitement de la maladie
  • personnalisant chaque réponse thérapeutique pour mettre fin le plus rapidement possible au déploiement de la maladie.

Voici quelques exemples d’applications utilisant l’IA apparues dans le contexte du COVID-19 :

L’intelligence artificielle pour détecter les porteurs de COVID-19 : un système créé par des chercheurs d’entreprises brésiliennes, qui mesure à distance la température corporelle des personnes. Il est basé sur des algorithmes et une IA connectés à une caméra. Avec cela, on peut capturer un visage et enregistrer la température des coins des yeux. La société de logiciels médicaux Entelai a créé l’outil Entelai-pic COVID-19. Celui-ci est capable d’analyser une radiographie pulmonaire, aidant à détecter les porteurs. Cet outil permet aussi différencier d’autres pneumonies.

Prédiction de la façon dont les Unités de Soins Intensifs seront occupées : Au Pays basque, la société Sherpa.ai, a élaboré un système précis pour établir une prévision de l’occupation des USI au cours d’une période ultérieure de sept jours. Grâce aux données qui utilisent des techniques d’apprentissage automatique et du Big Data.

Assistant virtuel avec IA pour répondre aux questions sur le COVID-19 : des assistants virtuels ont été lancés qui répondent aux questions des utilisateurs les plus fréquemment posées sur la maladie. Il est basé sur l’assistant IBM Watson Assistant for Citizens. Pour pouvoir l’utiliser, des experts de chaque pays devaient constituer l’outil. Aujourd’hui, il peut être adapté en treize langues.

Ce ne sont que quelques exemples de la façon dont l’IA nous aide à combattre le COVID-19 depuis le début de son apparition. Sans aucun doute, de nombreux progrès ont été réalisés et nous en mesurerons dans quelques temps les réels bénéfices.

La réaction rapide de nombreux spécialistes a bien permis d’enclencher ce process. Mais, c’est bien lors de la prochaine pandémie mondiale que nous saurons vraiment quelles avancées précieuses l’IA nous apporte.

A l’IA maintenant de nous prédire son arrivée…

Pierre Foulon

2 commentaires

  1. jean philippe S on

    l’IA a fait un flop complet dans la pandémie COVID, c’est que du vent. Vous avez raison de dire d’attendre la mesure des apports de l’IA. Pour moi c’est 0

  2. l’IA peut permettre de suivre les données.
    Quant à prédire, une pandémie ne peut pas être circonscrite à des évolutions de statistiques.

    Le rôle du niveau inflammatoire de base me parait beaucoup plus pertinent, vérifié à l’échelle mondiale.
    Et moins cher: une CRP ( prise de sang basique pour évaluer le niveau inflammatoire) et on sait qui va avoir plus de chances de contracter le COVID: les conséquences de la maladie ne sont pas dues à l’infection elle-même mais à la cascade inflammatoire qu’elle génère.
    CRP élevée= risque de COVID supérieur en cas de contamination.

    Du coup à l’échelle mondiale, les pays où l’alimentation est pro-inflammatoire seront bien plus touchés, comme aux USA par exemple où l’alimentation est facteur d’inflammation.

Laisser un commentaire