La Realité Virtuelle, une nouvelle alternative pour traiter les patients atteints des douleurs chroniques

0

D’après une vaste étude française menée auprès de 30 155 personnes représentatives de la population générale, les douleurs chroniques affectent environ 30% des adultes. Cette incidence augmente avec l’âge. Dans les deux tiers des cas, les douleurs sont d’intensité modérée à sévère. Elles affectent davantage les femmes et les catégories socio-professionnelles les moins favorisées. Les douleurs neuropathiques concernent quant à elles près de 7% des Français, avec un pic entre 50 et 64 ans. Ces douleurs touchent davantage des personnes ayant des professions manuelles et vivant en milieu rural.

Les douleurs répertoriées affectent principalement le dos, le cou et les épaules, les membres, la tête, l’abdomen. Elles sont souvent associées à des dépressions, une anxiété, des troubles du sommeil et une altération de la qualité de vie. De par cet impact et les recours au système de soins induits, la douleur a un coût socio-économique élevé (Inserm,2019).

Les nouvelles technologies sont toujours présentes dans  tous les aspects de notre vie. Elles montrent également leur utilité dans le domaine de la santé afin d’effectuer des thérapies alternatives. C’est le cas de la réalité virtuelle. Avec des appareils électroniques (généralement des lunettes ou des écrans), des images ou des scènes sont introduites dans le champ visuel du patient.

Les applications thérapeutiques de la réalité virtuelle vont au-delà du domaine de la psychologie et de la santé mentale: le traitement et la gestion de la douleur – situés dans le domaine de la  santé physiologique – font partie de nombreux études scientifiques. Plusieurs études ont examiné comment cette technologie peut aider les enfants et les adultes dans la douleur aiguë et la douleur chronique. Les thérapies contre la douleur sont analysées comme une thérapie alternative ou complémentaire aux traitements pharmacologiques (principalement des opiacés) qui ont souvent des effets secondaires et une dépendance.

Jusqu’à présent, la réalité virtuelle a été utilisée plus largement et avec succès pour aider les enfants et les adultes à résister à la douleur aiguë en milieu médical, par exemple dans les interventions médicales simples (telles que les ponctions veineuses), ainsi que les plus invasives, telles que les soins de plaies, patients souffrant de brûlures importantes ou chimiothérapie. Dans tous ces cas, les patients ont signalé une réduction de la perception de la douleur, de l’anxiété et de la détresse générale au cours des procédures (1) (2).

Dans le cas de la douleur chronique, de nouvelles études (3) montrent que la réalité virtuelle peut réduire la douleur et améliorer l’efficacité d’autres techniques telles que la physiothérapie, l’hypnose ou la thérapie comportementale cognitive pour soulager les patients affectés.

Le principal avantage de la réalité virtuelle est que le patient a le sentiment et la conviction de contrôler la situation. L’environnement contrôlé auquel le patient est exposé facilite son adaptation en le libérant plus facilement des obstacles psychologiques qui lui empêchent d’affronter la réalité de la maladie.

On a aussi l’opportunité de mesurer objectivement les progrès du programme thérapeutique. La thérapie peut être effectuée à domicile pour partager les résultats et les expériences.

La réalité virtuelle peut également aider à gérer la douleur en l’utilisant comme complément au niveau cognitif, en enseignant des capacités d’adaptation et de pleine conscience que les patients pourront utiliser plus tard afin de réduire la douleur chronique. Au même temps, la réalité virtuelle propose une thérapie / formation psychologique à moyen et long terme, restant utile et facile à utiliser tout au long des mois comme traitement analgésique, sans médicaments ni techniques invasives, et donc sans ses effets indésirables.

Il faut considérer que la réalité virtuelle est une alternative assez récente pour traiter la douleur aiguë et chronique mais les premiers résultats nous montrent qu’il s’agit d’un traitement effectif et qui contribue avec des thérapies complémentaires.

Au cours des 20 dernières années, des scientifiques ont publié des articles  démontrant que la réalité virtuelle peut réduire la douleur et la souffrance physique / psychologique. Dans le même temps, la révolution des consommateurs VR a commencé alors que la réalité virtuelle a officiellement migré du laboratoire vers la vie courante des utilisateurs.

 

  1. Gold, J. I., Kant, A. J., Kim, S. H., y Rizzo, A. S. (2005). Virtual anesthesia: The use of virtual reality for pain distraction during acute medical interventions. Seminars in Anesthesia, Perioperative Medicine and Pain, 24(4), 203-210.

  2. Hunter G. Hoffman, David R. Patterson, Gretchen J. Carrougher, M.N., and S. R. S. (2001). Effectiveness of Virtual Reality-Based Pain Control With Multiple Treatments. The Clinical Journal of Pain, 17, 229–235.

  3. Jones, T., Moore, T., y Choo, J. (2016). The Impact of Virtual Reality on Chronic Pain. PLoS ONE, 11(12), 1-10.

Kevin Gutierrez

Laisser un commentaire